Concert : Daniel Bachman (guitare, US)
+ Projection : « Mattt Konture, l’éthique du souterrain »

Portes : 20h00
Paf : 5/6 €

La ferme sort de sa sieste estivale annuelle et vous propose une soirée iconographique et musicale pour son réveil.

 Concert de Daniel Bachman (guitariste, US) suivit de la projection du film « Mattt konture, l’éthique du souterrain » de Francis Vadillo en présence du sus-nommé réalisateur ainsi que de Mattt Konture (auteur de bande dessinée, FR).

Que peuvent avoir en commun un auteur de bande dessinée français et un guitariste folk américain ?
Sans doute cette particularité dans la manière de faire et qui nous parle tant ici, à la ferme. Pour le reste, aucune idée.

20h30 : Concert de Daniel Bachman (US)

Guitariste américain originaire de Virginie, Daniel Bachman fait partie de ces musiciens issus de l’école « Jack Rose / Robbie Basho / John Fahey / … ». Jouant anciennement sous le nom « Sacred Harp », Daniel Bachman nous vient via Nathalie Mering (a.k.a. Weyes Blood, ex-jackie o-motherfucker, qui joua à la ferme en octobre 2010). Malgré son jeune âge, le guitariste a déjà eu le plaisir de partager la scène avec des musiciens tels que Paul Metzger, Amen Dunes et Jack Rose (pour lequel il réalisa la pochette de l’album posthume « Luck In The Valley » (2010)).
Concert guitare folk américaine en mode acoustique fingerpicking au programme.
Liens : vidéo « White Oak »interviewarticle.

21h30 : Projection du film « Mattt konture, l’éthique du souterrain » de Francis Vadillo (2012, 64 minutes)

Mattt Konture, auteur de bande-dessinée et musicien, a été suivi pendant deux années par la caméra de Francis Vadillo. Au-delà d’une introduction à l’univers underground graphique et musical de Konture, le film de Vadillo invite à découvrir une autre façon de faire vivre des productions artistiques, hors des contraintes institutionnelles.

Bien que Mattt Konture bénéficie aujourd’hui d’une certaine renommée dans le monde de la bande-dessinée underground et auprès de différentes maisons d’édition indépendantes, la fanzine agrafé main et la micro-édition sont restés des médiums auxquels l’auteur reste encore aujourd’hui attaché. Sa venue à la ferme précède d’ailleurs son passage à Bruxelles pour le festival de bandes dessinées et de productions alternatives « Cultures Maisons ».

Difficile de décrire le style « konture »… Entre rêve et auto-biographie, souvenirs et hallucinations, déprime et révolte, bande dessinée et graphisme, le tout forme un joli magma punk et personnel plutôt dense. Néanmoins, peut-on vraiment dire que Mattt Konture fait de la bande-dessinée ? Tout dépend sans doute de ce que l’on entend par là. Régulièrement taxé d’art de seconde zone, le Neuvième Art souffre d’une image figée de sous-littérature réservée au divertissement. Or, la bédé, c’est entre-autre de la littérature de cabinet mais pas que… et Mattt Konture fait partie de ceux qui peuvent le prouver.

C’est sans doute ce point d’honneur donné à l’auto-édition, la débrouille, « le geste amateur » qui fait le lien entre Konture, Bachman et bien d’autres artistes qui sont passés par chez nous et qui, nous l’espérons, continueront à faire vivre la marge d’un monde dans lequel le « professionnel » prend de plus en plus de place.

Publicités