You are currently browsing the tag archive for the ‘cinéma louvain-la-neuve’ tag.

Performance cinéma: Lumière Bruyante

Ce mercredi 3 juin aux écuries, une performance cinéma en duo: Lumière Bruyante.

« Une performance où l’image a été créée uniquement grâce à une machine à coudre et différents types d’aiguilles. Du film sans caméra, une expérience autour du support argentique, ou comment le trou, en mouvement et traversé par la lumière crée de l’image, du son, parle du cinéma qui se fait »…

Leur site avec une vidéo, c’est ici.

Portes: 20h30
Entrée: Prix libre

Bloquez sinon vos agendas pour ce samedi 27 juin pour la fête annuelle de l’habitat au Biéreau, la dernière avant la rénovation des écuries!

2015_06_03_lumiere_bruyante

Publicités

Voici l’agenda provisoire des semaines et mois à venir.

A noter le prochain événement ce vendredi, le 16, avec deux concerts des groupes lillois Grüppe (math-core-jazz-tout plein de trucs) et Mirlès (jazz-expé-très écrit en duo batterie-saxo).

A noter également les nouveaux « dimanches à la ferme », tous les derniers dimanches du mois à 15h00, de janvier à mai 2015. Il s’agit de spectacles tout public, théâtre de marionnettes, objets, ombres, clownesque, musical… Un autre post décrira tout ça plus en profondeur.

A vendredi prochain!

== VENDREDI 16 janvier – 20h30 :
Concerts
Grüppe (math-core-jazz-tout plein de trucs)
+ Mirlès (jazz-expé-très écrit en duo batterie-saxo)

De la musique de Grüppe
Encore de la musique de Grüppe

== DIMANCHE 25 janvier – 15h00 :
Les dimanches à la ferme (spectacle tout public)
Zazie et Max

== VENDREDI 13 février – 20h30 :
Concerts en honneur du nouveau gouvernement
Les Slugs (punk garage wallon)
+ The Dirty Scums (punk garage flamand)

== DIMANCHE 22 février – 15h00 :
Les dimanches à la ferme (spectacle tout public)
Tic Tac Tock

== SAMEDI 28 février :
Festival « La Ferme »
Jam patasonique
+ Exposition sur l’histoire de Corps et Logis

== DIMANCHE 29 mars – 15h00 :
Les dimanches à la ferme (spectacle tout public)
Henri

== DIMANCHE 26 avril – 15h00 :
Les dimanches à la ferme (spectacle tout public)
Orcus Crocus

== DIMANCHE 31 mai – 15h00 :
Les dimanches à la ferme (spectacle tout public)
Breakfast et The Flying Wheelbarrows

Concerts S.O.R.K. + SONSON

Double quatuor suédois aux écuries ce lundi :

S.O.R.K. : << high energy danceable noise attack >>

Voir et écouter :

Live @ Pustervik Gothenburg 1 February 2013

Kick on your borders

Live @ Koloni 2008

Des morceaux en vrac

SONSON : << psychedelic rock/popish music
with a blend of krautrock monotony
>>

Se och höra :

Dynasty live @ W1 Regensburg

Soundcloudaffiche_sork_sonson

 

På måndag i stallet !

 

Ouverture des portes : 20h00
Entrée : Prix libre

The Harder they Come + initiation rocksteady-early reggae inna jamaican style

affiche2

Portes 20h, Film 20h30 (précises), PAF 3euros

The Harder they Come

De Perry Henzell

Jamaïque, 1972, 103 min, Coul, VO st FR

avec: Jimmy Cliff, Janet Bartley, Carl Bradshaw, Leslie Kong, Prince Buster

Attention film rare !

Ivanhoe (Jimmy Cliff) en débarquant de sa campagne dans la ville de Kingston a un but : enregistrer un hit, car non de dieu, il tient un putain de morceau. Et même si il ne connait pas les règles qui ont lieu dans cette babylone jamaïcaine, peu importe, ceux qui se mettront en travers de son chemin, producteur maffieux, pasteur tyrannique, flics corrompus n’ont qu’à bien se tenir, il est décidé à ne pas vendre son indépendance car comme il le chante dans le morceau éponyme ‘je préfère être un homme libre dans ma tombe que vivre comme une marionnette ou un esclave’.

En s’inspirant de la légende de Vincent ‘Rhyging’ Martin, sorte de robin des bois jamaïcain, Perry Henzell signe, dans un style quasi documentaire proche du cinéma réalité, un film magistral sur la Jamaïque et le premier film 100 % jamaïcain de l’histoire du cinéma.

Ainsi en suivant le parcours de ce campagnard naïf devenant un rude boy libre et adulé par tout le ghetto, les auteurs (Henzell et l’écrivain Trevor D. Rhone) donnent à voir la société jamaïcaine dix ans après son indépendance. En effet on y aperçoit la classe aisée insouciante et dédaigneuse d’uptown, les sufferers des ‘shanty town’ vibrant aux sons des sound-systems et des westerns spaghettis, les rastas réfugiés dans les collines paradisiaques, l’emprise d’un ordre morale tenu par la religion et bien sur le monde musical bouillonnant, mais tenu d’une main de fer par les patrons des studios.

Comme une sorte de carte postale décalée, tout dans ce film fait mouche, style, images, dialogues, scénario sans oublier la bande son, ô combien légendaire, qui rend hommage à une époque où cette petite ile inventait les codes de la musique populaire mondiale des quarante prochaines années.

En savoir plus:

Article

version studio

montage de séquences en musique

Le Film sera suivi d’une initiation au Rocksteady et à l’Early Reggae avec DJ Vinsansblanc sur l’unique platine du bar.LP The Harder they Come (7)

Si vous ne connaissez pas Lyn Taitt and the Jets, Tommy McCook and the supersonics, Derrick Harriot and the Crystalites, les Soul Vendors, le Sound Dimension, Clancy Eccles and the Dynamites, Lloyd Charmers and the Hippy Boys et bien ce sera le moment de réparer cette lacune (et si vous connaissez il faut venir quand même).

 

Courts-métrages

de Henri Storck, Fernand Léger, René Clair, Hans Richter, Charles Dekeukeleire

avec Ghost Before Atlantic

livesoundtrack

Univers surréaliste et expérimental dont le contour est tracé par le croisement du duo « Ghost before Atlantic » et d’une sélection de courts-métrages belges, français et allemands des années 20, mélangeant prise de vue réelles et cinéma d’animation.

Au programme : hallucination cinématographique et musicale collective au son des voix, clavier, batterie, « disto-string, murmurophone, mange-disque & effets électroniques » de Raphaël Collignon et Louis Favre.

Bien plus que de dépoussiérer un cinéma d’antan, le duo de batteur-claveciniste opère un véritable prolongement de ces films en renouvelant leur avant-gardisme près d’un siècle après leur réalisation, pour le plaisir de nous faire murmurer leurs rêves éveillés à nos oreilles.

Sound of noise

de Ola Simonsson et Johannes Stjarne Nilsson
Fiction – Suède – 2010 – 1h42

Premier long métrage d’un illustrateur et d’un musicien suédois qui s’associent pour un film plutôt décalé…

Sur fond d’une enquête policière, un flic nommé Amadeus, qui déteste maladivement la musique, nous amène à rencontrer une bande de six percussionnistes déjantés. Ceux-ci se mettent dans l’illégalité en exécutant une œuvre musicale apocalyptique utilisant la ville et ses nombreux objets (voitures, bulldozers, hôpitaux…) comme instruments de musique,…

Il s’agit bien entendu d’autre chose qu’un film policier ou musical, il s’agit surtout d’une remise en question de l’expression artistique en tant que telle car le film, comme la musique touchent à une question essentielle : jusqu’où peut-on aller au nom de l’art et au nom d’un besoin vital d’expression???

Le cynisme qui se dégage du film peut déranger certains, mais pour ceux qui l’apprécient en général, il est ici jubilatoire!

Jour de sortie

de Fabien Fischer
documentaire – France – 2010 – ’59

+ Dyslexie (performance)

Au dedans les gens, au dehors les gens, les aspirations et les espoirs, les envies. Maison de détention de Varces dans le département de l’Isère, Fabien Fischer et une équipe de travail sur l’art en milieu carcéral réalisent au cours d’un atelier de création avec des détenus un objet fait de dessins et d’histoires. Ces histoires racontent ce qui pourrait se passer au dehors. Avec les potos ou la famille, avec un amour platonique ou la femme de sa vie. Dans le quotidien d’une cité ou dans l’agitation touristique de Paris. Au dedans la liberté retrouvée le temps d’une histoire qui est plus une sorte de façon nouvelle d’aborder le dedans en sortant le temps d’un jour de sortie en dessin, en image, en narration. Pendant ces courts instants les tensions ne sont plus.

Anne-Laure Pigache nous présentera quant à elle Dyslexie, une performance vocale et poétique faite de sons, de jeux de bouche et d’idioties. Des liens étonnants dixit Fabien Fischer, peuvent être faits entre ces deux manifestations.

Fabien Fischer sera présent pour une discussion avec le public.

Portes à 20h00. Performance à 20h30. PAF 4/5€.

Cabaret Dr. Strange

Resto Pop: 19h, à partir de 3€

Cabaret: 20h, 7/8€

Dr Strange a tout prévu. Pour ce trip sonique et graphique, il nous envoie Herb Diamante, passeur funambule aux lèvres crépusculaires. Herb nous mènera sur le fil enchanteur parcourant les méandres de nos inconscients hallucinés. À chaque escale de ce voyage-kaléidoscope, il ouvrira la porte d’un nouvel univers sonore et visuel. Le périple sera long et vous serez chéris. Dès 19h, un resto-pop vous permettra de vous sustenter avant de prendre la route. Départ 20h précises.

A écouter:

Herb Diamante

www.myspace.com/herbdiamante

Primordial Undermind

www.myspace.com/primordialundermind

Head of Wantastiquet

http://headofwantastiquet.bandcamp.com

Bridget Hayden

www.notwavingordrowning.co.uk


Resto Pop: Délicieux mets aux arômes psychés, à déguster dès 19h, à partir de 3€

Cabaret: 20h, 7/8€

20 au 23 SEPTEMBRE:

Résidence particulière pour une ballade en musique avec les René Binamé… quand le mois entamera sa seconde moitié. Chaque soir un invité, chaque soir une sortie terrain musicale…
Ecuries, PAF au chapeau, portes 20h, début 21h. Fin comme quand la citrouille revient.

OCTOBRE

Samedi 1er: Cam Deas (UK)+ Jack Allet (UK) – Live soundtrack sur collage filmique « Decasia ». Écuries, 5€. +-20h.

Cette date clôture leur tournée  et ouvre la Résidence de Cam Deas à la Ferme

Concerts et autres expérimentations prévues:

Jeudi 13: Cam Deas + Ignatz (BE)

Mercredi 19: Cam Deas + Erik Heestermans + Head of Wantastiquet

Samedi 22: Showcase Cam Deas à la médiathèque de Louvain la Neuve

Mardi 25 : Cam Deas + Ralph White (US)

NOVEMBRE

Mardi 15: Hoquets  + Hobocombo, Écuries.

JEUDIS de NOVEMBRE et DÉCEMBRE

Ciné-club « Érotique »

BLOW UP

de Michelangelo ANTONIONI, 1967, Grande-Bretagne, VO AN st.FR, 112′

avec: Vanessa REDGRAVE, David HEMMINGS, Sarah MILES, John CASTLE, Jane BIRKIN

Londres, années 60, un parc à l’atmosphère toute « british », un couple se promène, s’enlace, Thomas (David Hemmings) un photographe de mode mondain charmé par le tableau fixe ce moment décisif sur la pellicule. Mais que cache cet instant d’apparent bonheur pour que la jeune fille photographiée harcèle à ce point Thomas ? L’agrandissement des épreuves révèlera une toute autre réalité et apportera un cruel démenti à l’optimise que le jeune homme voyait dans ces clichés car c’est d’un meurtre qu’il s’agit…

S’ensuivra une déambulation titubante, quasi initiatique – dans le « swinging london » où l’on croise la guitare du Jeff Beck des Yardbirds (accompagné de Jimmy Page) et la fraîcheur adolescente de Jane Birkin – d’un homme qui perd toute maîtrise sur la réalité qui l’entoure. Palme d’Or à Cannes en 1967.

à propos du film: analyse du ciné-club de Caen

à voir: scène du concert avec les Yardbirds